Tire le Bouchon

18 heures chrono à Portland, Oregon.

Portland Oregon
Début octobre, je suis pour la toute première fois à Portland.
Pas le Portland où la foule déferle pour manger des lobster rolls. Nenon!
Celui qui a inspiré la très comique série Portlandia;
le paradis du hipster!
 

Étant une amatrice de bières ET de cafés (et de vin ai-je besoin de le mentionner?), je m’étais donné comme objectifs de :

  1. Boire une bière de microbrasserie 

  2. Boire un café de « 3e vague »

  3. Acheter du vin (!)

Vraiment pas complexe, me direz-vous.
Mais quand on est passionnée, on peut devenir un peu « précieuse » dans ses choix.
Et surtout lorsqu'on a à peine 18 heures à passer dans une ville aussi excitante…

Bref, à force de ne rien vouloir manquer, on se confronte à des problèmes de gestion du temps.
Alors finalement, le seul objectif atteint fut celui de faire l’achat de quelques quilles!...

Résistant (pas tout à fait) devant toutes les alléchantes bouteilles qui attendaient d’être cueillies à cette adresse, j’ai fait l’acquisition d’un petit bijou local.
Après un court échange avec une des employées, elle me dirigea sur la bouteille qui allait plus tard faire mon bonheur.


Willamette Valley, Wasson Vineyard « 459 », Teutonic Wine Co. 2014

(assemblage de pinot noir et gamay)

Willamette Valley, Wasson Vineyard « 459 », Teutonic Wine Co. 2014 Au premier regard, le vin est quand même dense, coloré.
Je suis surprise parce que j’avais demandé un vin digeste et avec cet assemblage, je m’attendais à une robe un peu plus claire.

J’approche mon nez du verre et je suis fort agréablement surprise.
Le premier mot qui me vient en tête est pureté.
« Pureté » comme dans :  jus de raisin fermenté. That’s it!
Dans le sens noble du terme.
Exit le vin bourru!
Ici on est sur un vin fini, enjôleur, où le soleil a bien bercé les raisins et où on devine une utilisation de grappes entières dans la fermentation.
Un nez qui rappelle la cerise noire bien mûre, le raisin, la rafle et le soleil.
Il y a bien du pinot dans cette quille!

En bouche, le vin est mûr, mais sans excès.
Il y a un très léger et énergisant fizz qui, si l’envie vous prenait de le dissiper, disparaîtrait après une simple aération en carafe.
L’alcool est équilibré, les tanins soyeux et l’acidité, du type citrique, nous fait saliver et prolonge le plaisir.

Une franche réussite que ce vin!
On a bien envie de se resservir un autre verre et c’est donc sans aucune difficulté que la bouteille se termina… Trop vite.


Agent au Québec : Symbiose Vins et Cie

______________________________________
Émilie Courtois

 

Leave a comment